Vous êtes ici : Accueil   >   Actualités & Agenda   >   Actualités : L’oraison funèbre à Athènes: 40 ans après Nicole Loraux.

L’oraison funèbre à Athènes: 40 ans après Nicole Loraux.

Du 9 juillet 2018 au 12 juillet 2018

L’oraison funèbre à Athènes: 40 ans après Nicole Loraux
The Athenian Funeral Oration: 40 Years after Nicole Loraux
Conférence internationale

L’université de Strasbourg
9-11 juillet 2018

 http://www.usias.fr/evenements/Athens-conference/

 Affiche

RÉSUMÉ

 Les inscriptions sont ouvertes pour L'Oraison funèbre à Athènes: 40 après Nicole Loraux. Cette conférence internationale se tiendra à l’Université de Strasbourg, du 9 au 11 juillet 2018. Dans les pays anglophones, francophones et germanophones, la fameuse oraison funèbre de Périclès est fréquemment étudiée dans les écoles et les universités. Une fois par an, dans l’Athènes classique, cette oraison était prononcée en l’honneur des soldats morts au combat. Elle était d’une grande importance aux yeux des Athéniens, leur rappelant leur identité en tant que peuple et les raisons du sacrifice de leurs fils à la guerre. Cette conférence entreprendra l’étude de ce genre littéraire la plus approfondie depuis 40 ans, et l’ouvrage qui en résultera sera publié par Cambridge University Press.

 En 1981, la grande historienne française Nicole Loraux a publié une étude révolutionnaire de ce type de discours, prouvant son rôle central dans le maintien du sentiment d’identité des Athéniens. Cette étude, malgré son impact remarquable, était toutefois loin d’être complète. En effet, elle ne comparait pas l’oraison funèbre aux autres genres de la littérature populaire de la cité et, par conséquent, Nicole Loraux n’a pas pu démontrer sa thèse affirmant que l’oraison funèbre était le genre prédominant. Cette conférence se propose donc de compléter son étude en effectuant cette comparaison, apportant de nouvelles études des cinq oraisons existantes ainsi que le compte-rendu le plus exhaustif à ce jour de la place de la guerre dans la culture populaire de la démocratie athénienne.

 FINANCEURS

 La conférence est cofinancée par l’institut d’études avancées de l'université de Strasbourg ainsi que Die Fritz Thyssen Stiftung für Wissenschaftsförderung (Germany), The Estate of the Late Nicholas Anthony Aroney (Australie), The University of Queensland (Australie), The Australasian Society for Classical Studies, The Friends of Antiquity (Australie), The Australian Archaeological Institute at Athens, Le Centre d’Analyse des Rhétoriques Religieuses de l'Antiquité (France) and The Kytherian Association of Australia.

 CONFÉRENCIERS

 Les deux conférenciers principaux sont Peter Hunt (université du Colorado à Boulder) et Dominique Lenfant (université de Strasbourg). Les 22 autres conférenciers et présidents de session sont Nathan Arrington (université de Princeton), Vincent Azoulay (université Paris-Est-Marne-la-Vallée), Ryan Balot (université de Toronto), Thomas Blank (université Johannes-Gutenberg de Mayence), Alastair Blanshard (université du Queensland), Leonhardt Burckhardt (université de Bâle), Jason Crowley (université métropolitaine de Manchester), Jonas Grethlein (université de Heidelberg), Johanna Hanink (université Brown), Judson Herrman (Allegheny College), Paulin Ismard (université Paris I-Panthéon-Sorbonne), Sophie Mills (université de Caroline du Nord à Asheville), Neville Morley (université d’Exeter), Estelle Oudot (université de Bourgogne), Christophe Pébarthe (université Bordeaux-Montaigne), Laurent Pernot (université de Strasbourg/membre de l'Institut de France), David M. Pritchard (université du Queensland/université de Strasbourg), Charles Pry (université du Queensland), Kurt A. Raaflaub (université Brown), Claudia Tiersch (université Humboldt de Berlin), Johannes Wienand (université Heinrich-Heine de Düsseldorf) et Bernhard Zimmermann (université de Fribourg-en-Brisgau). 

 THÈME DE LA CONFÉRENCE

 Chaque année, les Athéniens de l’époque classique organisaient des funérailles publiques pour leurs concitoyens morts à la guerre. Les deux premiers jours, ils exposaient les cercueils des soldats défunts dans le centre-ville d’Athènes. Le troisième jour, ils les portaient au cimetière public dans une grande procession, et les installaient dans un monument funéraire luxueux, construit et financé par la cité. L’un des dirigeants politiques de cette dernière y prononçait une oraison funèbre, ostensiblement composée en l’honneur des soldats. En 1981, Nicole Loraux a publié une étude révolutionnaire de ce type de discours, L'Invention d'Athènes. Histoire de l'oraison funèbre dans la « cité classique ». Avant cet ouvrage, les historiens n’y accordaient que peu d'importance, mais Nicole Loraux a démontré qu’il jouait un rôle central dans la manière dont se percevaient les Athéniens. Chaque oraison donnait une image similaire : les Athéniens étaient toujours victorieux et capables de repousser les envahisseurs étrangers, parce qu’ils étaient plus braves que tous les autres Grecs, et leurs guerres, toujours justifiées, n’apportaient que des avantages. L’Invention d'Athènes a montré que ces oraisons funèbres évoquaient généralement cette image en narrant l’histoire militaire historique et mythique d’Athènes. Cette étude soutenait également des opinions audacieuses sur ce genre littéraire : en effet, pour Nicole Loraux, ce dernier était essentiel au maintien de l’identité athénienne, dont le contenu était selon elle réduit aux thèmes ressassés par les oraisons. En outre, l’Invention d'Athènes affirmait que cette identité perçue a influencé négativement la manière dont le dēmos (peuple) menait ses affaires étrangères. Toutefois, cette étude ne comparait pas systématiquement l’oraison funèbre aux autres genres de la littérature populaire de la cité, empêchant par conséquent Nicole Loraux de prouver sa thèse.

Cette conférence se fonde donc sur son étude, célèbre à juste titre, afin de la compléter en procédant à cette comparaison. La première manière consiste à explorer dans quelle mesure les autres genres ont reproduit les lieux communs de l’oraison funèbre : en dramatisant les exploits militaires mythiques du genre, la tragédie a indubitablement contribué à renforcer cette image des Athéniens, tandis que la comédie la parodiait régulièrement ; tous ces aspects plaident en faveur de l’importance de l’oraison funèbre. En d’autres occasions, toutefois, ces deux genres allaient à l’encontre des clichés, dépeignant par exemple, outre les avantages, le coût humain colossal de la guerre. Si la thèse de Nicole Loraux concernant l'impact négatif des oraisons funèbres est correcte, l’image des Athéniens promue par ces dernières a dû jouer un rôle important dans les débats de l’assemblée sur la guerre. Les discours politiques qui nous sont parvenus étayent partiellement cette théorie, car ils montrent que les propositions de guerre étaient souvent formulées en termes de justice. Il apparaît toutefois que cette façon de présenter les conflits n’était pas réservée au genre de l’oraison funèbre.

La seconde manière dont la conférence procède à cette comparaison est par l’étude des moyens employés par ces différents genres pour décrire l’histoire militaire, la démocratie et les marins de l’État. Cet aspect nous mènera lui aussi à modifier la thèse de Nicole Loraux : en effet, il ne fait aucun doute que l’oraison funèbre a défini le modèle de description des guerres athéniennes, cependant, ce n’était pas le cas pour d’autres thèmes communs. Par exemple, c’est la tragédie qui déterminait la représentation de la démocratie, et tous les genres reflétaient de la même manière la vision positive des marins par le dēmos.

 L’Invention d'Athènes a donc montré la nécessité d’étudier l’intertextualité de l’oraison funèbre et, en procédant à une telle analyse, la conférence mesurera à quel point ce genre était important pour la culture populaire athénienne, et apportera le compte-rendu le plus exhaustif à ce jour de la représentation de la guerre dans la démocratie athénienne. Elle étudiera également de manière totalement nouvelle les cinq exemples complets d’oraisons funèbres, dans la mesure où chacun d’entre eux continue à poser problème. En effet, la première oraison, censée être celle prononcée par Périclès en 431 avant J.-C., nous vient de Thucydide, qui ne notait pas avec exactitude les discours. Des incertitudes demeurent également quant aux oraisons funèbres de la Guerre de Corinthe, puisque ce ne sont pas leurs auteurs qui les ont prononcées : Lysias, en tant que métèque, n’en avait pas le droit, et Platon détestait la politique démocratique. Pour chacun de ces exemples, la conférence se demande pourquoi chacun des auteurs a écrit ou recopié le discours, et à quel degré il représente un exemple valide du genre. Les deux autres oraisons doivent également être ré-examinées, car bien qu’elles aient respectivement été prononcées en 337 et 321 avant J.-C., la paternité de Démosthène n’est pas prouvée, et le texte d’Hypéride s’écarte de nombreux lieux communs du genre. En outre, depuis la publication du livre de Nicole Loraux en 1981, de nombreuses découvertes ont été faites au sujet des monuments funéraires et de l’histoire culturelle d’Athènes. Par conséquent, la conférence ré-examinera également la relation entre l’oraison funèbre et les funérailles publiques, ainsi que la thèse de Nicole Loraux affirmant que ces deux rituels constituaient une démocratisation de pratiques de l’élite.  En outre, dans la mesure où l’histoire de la réception est aujourd’hui une sous-discipline majeure, la conférence peut également entreprendre ce que Nicole Loraux n’a jamais tenté : commencer à écrire l’histoire de la réception des oraisons funèbres à l’époque antique et moderne.

 

 INFORMATIONS PRATIQUES

 http://www.usias.fr/evenements/Athens-conference/

 

STRASBOURG (FRANCE)

 The Athenian Funeral Oration: 40 Years after Nicole Loraux
An International Conference

The University of Strasbourg (France)
9-11 July 2018

 http://www.usias.fr/en/evenements/the-athenian-funeral-oration-40-years-after-nicole-loraux/.


SUMMARY

Registration is now open for The Athenian Funeral Oration: 40 Years after Nicole Loraux. This international conference is taking place at the University of Strasbourg from 9 to 11 July 2018. English-, French- and German-speakers often read Pericles’s famous funeral oration at school or university. Once a year, in democratic Athens, such an oration was delivered in honour of the war dead. For the Athenians it was a vitally important speech, because it reminded them who they were as a people and why they had sacrificed their sons in war. This conference is undertaking the most-thorough study of this genre in 40 years. The book to come from it will be published by Cambridge University Press.

 In 1981 the great French ancient historian, Nicole Loraux, published a transformational study of this oration. Loraux proved that it had played a central part in maintaining Athenian self-identity. Yet, despite her study’s huge impact, it was far from complete. Her study did not compare the funeral oration and the other genres of Athens’s popular literature. Therefore Loraux could not prove her claim that the funeral oration was the most important of these genres. This conference completes Loraux’s study by making this comparison. In doing so it furnishes new studies of the 5 extant funeral orations and the most-comprehensive account to date of war’s place in democratic Athens’s popular culture. 

 

SPONSORS

 The conference is sponsored by L’Institut d’études avancées de l’Université de Strasbourg (http://www.usias.fr/en/). The co-sponsors are Die Fritz Thyssen Stiftung für Wissenschaftsförderung (Germany), The Estate of the Late Nicholas Anthony Aroney (Australia), The University of Queensland (Australia), The Australasian Society for Classical Studies, The Friends of Antiquity (Australia), The Australian Archaeological Institute at Athens, Le Centre d’Analyse des Rhétoriques Religieuses de l'Antiquité and The Kytherian Association of Australia.

 

PARTICIPANTS

 The 2 keynote speakers are Peter Hunt (The University of Colorado at Boulder) and Dominique Lenfant (L’Université de Strasbourg). The other 22 paper-givers and session-chairs are Vincent Azoulay (L’Université Paris-Est Marne-la-Vallée), Nathan Arrington (Princeton University), Ryan Balot (The University of Toronto), Thomas Blank (Die Johannes-Gutenberg-Universität Mainz), Alastair Blanshard (The University of Queensland), Leonhardt Burckhardt (Die Universität Basel), Jason Crowley (Manchester Metropolitan University), Jonas Grethlein (Die Heidelberg Universität), Johanna Hanink (Brown University), Judson Herrman (Allegheny College), Paulin Ismard (L’Université de Paris I–Panthéon Sorbonne), Sophie Mills (The University of North Carolina at Asheville), Neville Morley (Exeter University), Christophe Pébarthe (L’Université Bordeaux Montaigne), Laurent Pernot (L’Université de Strasbourg/membre de l'Institut de France), David M. Pritchard (The University of Queensland/ L’Université de Strasbourg), Estelle Oudot (L’Université de Bourgogne), Charles Pry (The University of Queensland), Kurt A. Raaflaub (Brown University), Claudia Tiersch (Die Humboldt-Universität zu Berlin), Johannes Wienand (Die Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf) and Bernhard Zimmermann (Die Albert-Ludwigs-Universität Freiburg). 

 

CONFERENCE THEME

 Each year the classical Athenians held a public funeral for fellow citizens who had died in war. On the first two days they displayed the war dead’s coffins in town centre of Athens. On the third day they carried them in a grand procession to the public cemetery. There they placed the coffins in a funeral monument that the democracy had built at great expense. Beside it a leading politician delivered an oration ostensibly in the war dead’s honour. In 1981 Nicole Loraux published a transformational study of this funeral oration. Before her The Invention of Athens ancient historians had considered this speech of little importance. But Loraux proved that it played an absolutely central role in the self-perception of the Athenian people. Each funeral oration rehearsed the same image of them: the Athenians were always victorious and capable of repelling foreign invaders, because they were braver than the other Greeks, while their wars only brought benefits and were always just. The Invention of Athens proved that the funeral oration typically created this image by narrating Athens’s military history in mythical and historical times. Her study also made bold claims about the genre. For Loraux it was the most important one for the maintenance of Athenian self-identity, whose content, she asserted, was confined to what the funeral oration rehearsed. The Invention of Athens claimed that this self-identity adversely affected how the dēmos (‘people’) conducted foreign affairs. Yet, her study did not systematically compare the funeral oration and the other genres of Athens’s popular literature. Consequently Loraux was unable to prove these bold claims.

 

This conference builds on Loraux’s rightly famous study by making this comparison. The first way that it does so is by exploring the extent to which the other genres reproduced the funeral oration’s commonplaces. In dramatising the genre’s mythical military exploits tragedy certainly rehearsed its image of the Athenians, while comedy regularly parodied it. All this shows the funeral oration’s importance. At other times, however, these two genres contradicted its commonplaces, depicting, for example, not just the benefits but also the huge human costs of war. If Loraux’s claim about the funeral oration’s adverse impact is correct, its image of the Athenians must have had a big part in the assembly’s debates about war. The political speeches that survive partially support her claim; for they do show how proposals for war often were couched in terms of justice. But, it appears, again, that this genre’s treatment of war also went well beyond the funeral oration. The second way that the conference makes this comparison is by studying how these different genres depicted the state’s military history, democracy and sailors. This, too, will force us to modify Loraux’s claims. There is no doubt that the funeral oration set the pattern for the depiction of Athens’s wars. But this, apparently, was not the case with the other common topics; for tragedy, it seems, took the lead with democracy, while all genres equally reflected the dēmos’s positive view of sailors.

The Invention of Athens showed the need to study the funeral oration’s intertextuality. By completing such a study this conference measures how important this genre was in Athens’s popular culture. The conference will provide what is the richest account yet given of war’s depiction in democratic Athens. It also studies anew the 5 complete examples of the funeral oration, because each continues to have ongoing problems. The first funeral oration, which is said to be the one that Pericles delivered in 431 BC, comes from Thucydides, who did not accurately record speeches. There is uncertainty, too, about the funeral orations from the Corinthian War, as their authors, clearly, did not deliver them; for Lysias, as a metic, was not entitled to do so, while Plato detested Athens’s democratic politics. With each of these examples the conference considers why each writer wrote or recorded it and to what extent it is good evidence of the genre. The other 2 funeral orations must be re-examined as well, because, in spite of the fact that they were delivered in, respectively, 337 and 321, the authorship of Demosthenes’s still raises doubts, while Hyperides’s breaks so many of the genre’s commonplaces. Since Loraux’s 1981 book a lot more has been learnt about Athens’s funeral monuments and cultural history. Consequently the conference will also re-examine how the funeral oration related to the public funeral as well as Loraux’s claim that both were a democratisation of elite practices. Because Reception History is now a major sub-discipline, the conference can also do what Loraux never attempted: to begin to write the history of the funeral oration’s reception in ancient and modern times. 

 

 

 

 

Info publiée le : 1 mars 2018
Du 10 avril 2018 au 24 mai 2018
De 14h00 à 17h00

Pour les deux dernières séances de son séminaire doctoral sur "L'apport...

Six postes de chargés d'études et de recherche sont à pourvoir à l'INHA, à...

Les Journées trinationales des jeunes chercheurs se tiendront les samedi 2...

Programme du second semestre 2017-2018 Usages et applications avancés de...

L’oraison funèbre à Athènes: 40 ans après Nicole Loraux The Athenian...